fabriquer un composteur
Non classé

Comment fabriquer un composteur ?

Lors de mon emménagement à Angers, j’ai tout de suite voulu trouver une solution pour ne pas jeter à la poubelle mes déchets organiques. Problème : j’habite en appartement. Tu imagines bien que la dernière chose que je pensais possible était un composteur. Pourtant, aujourd’hui, un joli composteur trône fièrement sur le bord de ma fenêtre ! 

Comment tu peux toi aussi fabriquer un composteur ? Je te dévoile tout ça !

Dans cet article, tu vas apprendre à :

Fabriquer un composteur rapidement et facilement

-Réduire de 30% à 40% ta poubelle ménagère

-Avoir de l’engrais gratuit et naturel pour tes plantes

Qu’est-ce qu’un composteur ?

Le composteur est un objet permettant le compostage ! Mais qu’est-ce que le compostage ? Le compostage est un processus de transformation des déchets organiques en un humus, la partie supérieure du sol. Entre 6 mois et 1 an, une multitudes d’êtres vivants transforment ces déchets biodégradables :

-micro-organismes du sol (bactéries, levures, champignons microscopiques)

-insectes (larves de mouches, moucherons, cloportes, mille-pattes, pince-oreilles et coléoptères…) 

-lombrics, limaces, escargots…

Cette transformation va former ce que l’on appelle le compost, de couleur brun-noir. Cet équivalent de l’humus donc, est un engrais organique qui va constituer un terreau fertile, produit très nutritif pour les plantes.

Pour l’anecdote, à l’intérieur d’un composteur, il peut faire jusqu’à 70 degrés ! La transformation de la matière par les organismes présents produit de la chaleur !

A quoi sert le compost ?

Au jardin, le sol perd entre 2 et 3% d’humus par an. Si aucun apport de matière organique n’est fait dans le sol, celui-ci s’appauvrit et ne nourrit plus les végétaux. Fabriquer un composteur et utiliser le compost issu de tes déchets organiques peut alors être la solution pour compenser cette perte !

Sache que 30% à 40% de tes ordures ménagères sont des déchets compostables, soit 45 et 60 kg/hab/an. Ta poubelle peut donc facilement devenir une source importante d’engrais naturel et gratuit !

Comment fabriquer un composteur facilement et rapidement ?

Je vais t’apprendre à fabriquer un composteur le plus facilement possible pour tester le compostage chez toi. Si tu es déjà convaincu.e par le compost, je t’invite à prendre le temps de te renseigner car il y a beaucoup de composteurs différents en fonction de ton mode de vie et c’est peut être l’occasion de te pencher plus sérieusement sur la question pour trouver celui qui te correspond le mieux ! A toi d’étudier les différentes possibilités en fonction de tes besoins.

J’ai un jardin !

C’est la configuration idéale ! Il n’y a pas plus simple pour tester le compostage. Pour fabriquer un composteur, choisis un coin de ton jardin et fais un premier tas de terre. Tu peux directement y mettre tes déchets organiques ! La seule chose que tu as à faire est de venir remuer de temps en temps le tas. Tu peux ajouter une grille anti-rongeurs qui protégera ton composteur de certains désagréments, mais cela reste facultatif.

Chez mes parents nous avons un composteur en tas et cela fonctionne très bien ! Nous remplissons une bassine dans la maison et quand celle-ci est pleine, nous allons la vider sur le tas. Nous n’avons pas de grille anti-rongeur et nous n’avons jamais eu de soucis.

J’ai un extérieur (balcon ou terrasse) mais pas de jardin

Tu habites en appartement avec un petit extérieur ou au moins un rebord de fenêtre ? Tu habites dans une maison avec un extérieur mais sans jardin ? Voilà comment fabriquer un composteur d’extérieur !

 

🌱 Il te faut :

-Un pot de fleurs avec le fond troué en plastique ou en terre cuite

-Deux soucoupes : une grande et une petite

-De la terre 

 

😄 On passe à la fabrication :

-Pose la plus petite soucoupe au sol

-Pose le pot de fleur sur la soucoupe 

-Mets de la terre dans le pot de fleur

-Mets la grande soucoupe sur le pot de fleur comme couvercle

 

✔️ Comment ça marche ?

Quand tu as des déchets organiques, tu peux directement les mettre dans le pot. Avec le temps, il y aura décomposition. La soucoupe qui accueille le pot permet de recueillir le thé de compost (l’engrais liquide généré par la décomposition des déchets). 

C’est le composteur que j’utilise au quotidien ! Il est sur le rebord de ma fenêtre de la cuisine de mon appartement. Je le trouve vraiment simple d’utilisation et très adapté à la vie urbaine.

Je n’ai pas d’extérieur

Il est donc nécessaire de partir sur un composteur d’intérieur. C’est parti pour du lombricompostage ! La technique du lombricompostage n’est pas très différente de la technique du composteur d’extérieur. La seule différence c’est que tu introduis des vers rouges (Eisenia andrei) que tu trouves facilement dans les magasins dédiés à la pêche. Ces gentilles petites bêtes sont très prolifiques et vont se charger d’accélérer la décomposition de tes déchets par rapport à du compostage classique.

Pour fabriquer un composteur d’intérieur ou lombricomposteur, ce n’est pas très sorcier. Afin qu’il soit efficace, ton installation devra empêcher les vers de se sauver, éviter leur noyade dans la partie récupération du thé de compostage (l’engrais liquide généré par la décomposition des déchets), sans oublier de se prémunir contre les remontées d’odeurs.

Pour faire simple et pour une première tentative, opte pour la technique des bacs en plastique. 

 

🌱 Il te faut :

-2 à 3 bacs empilables (mais pas encastrables) en plastique alimentaire, opaques et étanches

-Un couvercle 

-Une perceuse avec des forets de 1 mm et de 6-8 mm. 

-Optionnel : Un robinet avec un joint d’étanchéité (prévoir un embout spécial pour ta perceuse et du joint de calfeutrage)

 

😄 On passe à la fabrication :

-Pose un parpaing au sol (sert à surélever le composteur)

-Pose un premier bac sur le parpaing

-Optionnel : Perce un des côtés du bac puis insère le robinet avec le joint d’étanchéité. Fais en sorte que cette installation soit bien étanche !

-Prends un deuxième bac et perce le fond du bac de trous de 6 ou 8 mm répartis régulièrement tous les 2 cm.

-Tu peux reproduire la même opération pour une caisse supplémentaire si tu as beaucoup de déchets à composter.

-Dans le deuxième bac, mets une feuille de carton dans le fond du bac.

-Fabrique une litière avec soit de la fibre de coco, soit du carton en petits morceaux (rouleaux de papier toilette, boîte d’œufs, carton de déménagement …), soit du papier en lambeaux mais pas du papier glacé, soit des filtres à café usagés ou des sachets de thé, soit le substrat d’un autre lombricomposteur. Tu peux aussi mélanger plusieurs éléments (la fibre de coco et le carton se marient bien).

-Installe la litière sur la feuille de carton, dans le deuxième bac. Elle doit avoir 3 à 5 cm d’épaisseur. Dépose des vers par-dessus, puis recouvre d’encore un peu de litière et ajoute une petite pelletée de terre. Pour finir, recouvre le tout d’un tissu (un morceau de vieux t-shirt fera l’affaire). 

-Pose le (ou les) bac sur le premier bac.

-Prends le couvercle et perce le de petits trous de 1 mm de diamètre sur toute la surface.

-Pose le couvercle sur le bac.

 

✔️ Comment ça marche ?

Le bac du bas va servir à récolter l’engrais liquide noir et très tachant que l’on appelle le thé de compostage (d’où l’intérêt de poser un robinet sur ce bac mais il faut veiller à ce qu’il soit vraiment bien étanche). Le parpaing va te faciliter la vie lorsque tu vas récupérer l’engrais liquide.Le premier bac à compost au-dessus, c’est celui qui va recevoir les vers et les premiers déchets. Le t-shirt sert de tapis d’humidification. Sache qu’un lombricomposteur fait maison a tendance à sécher davantage qu’un dispositif du commerce car il est moins étanche. Si tu as prévu un bac supplémentaire, il servira pour y mettre tes autres déchets. Le couvercle sert quant à lui à éviter les mauvaises odeurs, à oxygéner le compost et éviter que les vers se fassent la malle !

Attends une semaine avant de mettre tes déchets avec les vers. Vas-y par petites quantités au départ et mets des petits morceaux d’épluchures. Une fois que cette première fournée est bien attaquée, tu pourras en ajouter encore. Si des moisissures blanches apparaissent au début, c’est normal. Si ton bac est bien fermé, logiquement il n’y aura pas de mauvaises odeurs. Quand les vers se seront multipliés, ils seront plus efficaces, tu pourras alors jeter davantage de déchets dans ton composteur.

Quand le deuxième bac est plein, pose le troisième bac au-dessus avec quelques déchets dedans. Les vers alléchés sauront trouver leur chemin pour monter à l’étage supérieur… Au bout de quelque temps, le deuxième bac sera délaissé par les vers et tu pourras récupérer ton compost !

1, 2, 3, compostez !

Où placer son composteur ?

L’emplacement de ton composteur doit répondre au mieux à ces critères si tu veux qu’il soit efficace :

J’accède facilement à mon composteur : Trouve un emplacement proche de ta cuisine pour faciliter les aller-retours (On est tous pareil, si c’est trop loin tu n’iras jamais). Évite le fond du jardin accessible seulement en bottes et combinaison de travail ou la cave du sous-sol de l’immeuble. Fabriquer un composteur mais ne pas l’utiliser, c’est dommage, non ?

Si tu as un jardin potager, il est peut être judicieux de choisir un emplacement à proximité pour pouvoir directement transférer ton compost sur le sol. Simplifie-toi le travail !

La zone est ombragée : Pour fabriquer un composteur, tu dois éviter le plein soleil. Le processus de dégradation a besoin de chaleur mais un soleil direct aura l’effet totalement inverse en asséchant le compost. Le travail de décomposition s’arrêtera tout simplement (et ça, ce n’est pas bon). Les micro-organismes, les insectes et les vers qui participent à ce processus ne supportent pas la lumière directe du soleil. Ils adorent plutôt l’obscurité. Dans le cas du lombricomposteur, les vers ne doivent pas être soumis à une température de plus de 25°C. L’emplacement doit leur permettre de rester à l’ombre pour ne pas avoir d’écart de température.

La zone est plate (pas en pente) : C’est pourtant évident mais il est important de le rappeler, il faut que l’emplacement soit plat. Fabriquer un composteur sur une surface plane, donne une plus grande stabilité à ton installation et évitera que le composteur se renverse. Personne ne souhaite avoir éparpillé dans son jardin son compost en cours de décomposition et d’avoir à le ramasser…

J’ai de l’eau près de mon composteur : Pour réussir ton compost, il faut surveiller l’humidité. Ni trop, ni pas assez, c’est un des points essentiels. La proximité d’un point d’eau va donc te faciliter la tâche pour arroser plus facilement ton compost lorsqu’il en a besoin.

Il n’y a pas de bois à proximité (composteur d’extérieur) Il faut éviter de placer ton composteur contre toute structure susceptible de pourrir, notamment si elle est en bois. Évite de le placer contre, par exemple, une palissade, une façade de garage, un abri de jardin, un portail… si tout cela est en bois.

La zone est protégée du vent et des fortes pluies (composteur d’extérieur) : Fabriquer un composteur, c’est être responsable de son équilibre ! En fait, tout est une question d’équilibre. Ton compost doit être aéré mais pas trop non plus (au revoir le vent et la tempête) et doit être humide mais sans être noyé non plus. L’avantage d’un compost d’intérieur, c’est que tu n’as pas ces problématiques là !

La zone est aérée (composteur d’extérieur) : Tu peux le plaquer à un mur mais dans ce cas pour seulement une de ses faces. Il est déconseillé de choisir un angle ou un espace fermé. Il faut absolument que ton composteur soit aéré mais sans être complètement en plein vent tout le temps. Tu dois penser à la bonne oxygénation de ton compost !

Comment utiliser un composteur ?

Fabriquer un composteur c’est bien, mais correctement l’utiliser, c’est mieux ! Voilà quelques conseils.

Je prépare mon sol (composteur d’extérieur sans fond) : Avant de fabriquer un composteur et de l’installer ton composteur, il est conseillé de désherber et de bêcher légèrement le sol afin de permettre aux êtres vivants d’accéder plus facilement aux déchets à dégrader. Tu vas ainsi faciliter le travail de dégradation de tes déchets organiques. Plus la surface de contact sera grande et meilleurs seront les échanges avec le sol.

Je protège mon sol (composteur d’extérieur avec fond ou d’intérieur) : Même si ton composteur est étanche et présente un robinet, il est préférable de protéger ton sol. Tu pourrais prévoir de disposer une bâche hermétique ou d’un bac de récupération pour les liquides qui pourraient s’en échapper.

Je remue mon compost :  Il est important que tu remues de temps en temps ton compost pour obtenir une terre au parfum de la forêt !

Je varie mes déchets :  Alterne entre les déchets bruns et les déchets verts, les déchets secs et les déchets humides. Si tu ne compostes que des déchets humides, le compost risque d’être très humide et de sentir mauvais. A l’inverse, si tu ne compostes que des déchets secs, la dégradation ne pourra pas se faire et tu n’obtiendras pas de compost.

J’humidifie mon compost : Pour favoriser le processus de dégradation des matières, notamment pendant les périodes sèches, pense à humidifier ton composteur ! Celui-ci ne doit pas être noyé non plus, attention.

Je mets mes déchets en petits morceaux : Plus les morceaux seront petits, plus la décomposition sera rapide car plus aisée pour les êtres vivants décomposeurs.

J’aère mon compost : Pour que la dégradation soir optimum, les bactéries ont besoin de nourritures variées (les déchets), d’humidité mais aussi d’oxygène. Alors à chaque apport de déchets, il est nécessaire de mélanger les 5 premiers centimètres de déchets présents au-dessus du composteur. Cette aération permet également d’éviter la formation de poches de méthane qui est un gaz malodorant. 

 –J’humidifie ma litière (composteur d’intérieur) : Ta litière doit toujours être aérée et humide mais pas détrempée.

Je vérifie régulièrement le niveau du thé de compostage (composteur d’intérieur) : Afin d’éviter les débordements et la noyade des vers, pense à faire une petite vérification de temps en temps et à vider le thé de compostage si besoin. 

Que mettre dans un composteur ?

Je peux mettre dans mon composteur :

Fabriquer un composteur c’est bien, mais correctement l’utiliser, c’est mieux ! Il faut donc savoir ce que tu peux y mettre.

 

  • Épluchures et déchets de fruits, légumes et agrumes (attention aux fruits et légumes achetés en grande surface car ils sont souvent couverts de produits anti-germinatifs, biphényles et autres conservateurs plus ou moins controversés).
  • Marc de café 
  • Feuilles de thé 
  • Végétaux non traités : Fleurs fanées, tontes de gazon, résidus de récolte du potager (trognons, fanes, pieds fanés, éclaircies…), mousses végétales, « mauvaises » herbes, bois de taille, broussailles, foin, tiges et feuilles sèches, écorces broyées, copeaux, frisures de bois…
  • Fumiers
  • Coquilles d’œufs
  • Coquilles de fruits secs
  • Aliments d’origine animale : Viande, poisson, laitages (sauf si le risque de faire venir des carnivores à votre composteur est trop élevé)
  • Excréments d’animaux domestiques

Je ne peux pas mettre dans mon composteur :

Fabriquer un composteur c’est bien, mais correctement l’utiliser, c’est mieux ! Il faut donc aussi savoir ce que tu ne peux PAS y mettre !

  • Huiles et graisses alimentaires
  • Cendre de charbon de bois (après un barbecue)
  • Tout élément ayant subi un traitement (peinture, impressions à l’encre chimique, blanchiment…)
  • Poussières d’aspirateur
  • Matières non organiques : plastique, verre, tissu synthétique…
  • Litières de chats en argile
  • Sable et cailloux
  • Litières d’animaux domestiques
  • Mégots de cigarettes
  • Coquilles de fruits de mer

J’entends parfois que le papier, le carton, les essuie-touts, les mouchoirs, le tissu en fibre naturel… peuvent aller au compost. Alors, oui mais seulement s’ils ne sont pas traités (transformation sans produits chimiques, sans encres, sans blanchiment…). Le problème, c’est que savoir à 100% si ces éléments ont été traités ou pas est très difficile. Pour éviter de polluer ton compost, je t’invite à ne pas les mettre si tu as le moindre doute.

Et rappelle toi, fabriquer un composteur c’est bien, mais correctement l’utiliser, c’est mieux !

(Je force, je sais)

Clémence pour Made in Clémence

Qu’est-ce que Made In Clémence ?

Chez Made In Clémence, nous avons pour mission de valoriser les déchets textiles ! ♻️

Alors, prêt.e à entrer dans la démarche ? 👇

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Yeah ! Tu es inscris ! A bientôt 🙂

🌱 Les conseils de Clémence ! 🌱

👇 Inscris-toi gratuitement à notre courrier mensuel et reçois les meilleurs conseils et astuces zéro déchet de Clémence ! PS : C'est une experte…!

(Et chez nous, pas de spam ! On est plutôt contenu de qualité vois-tu...)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.